Chirurgie esthétique du sein
Augmentation naturelle des seins sans cicatrices par injection de graisse / Lipomodelage

La graisse en excès de la patiente peut être utilisée pour augmenter le volume des seins

Système BRAVA

Le BRAVA est un dispositif médical comparable à 2 grosses ventouses appliquées sur les seins 11 heures par jour pendant plusieurs semaines avant et après les injections de graisse. Ce système augmente la capacité du sein à recevoir de la graisse, de plus grosses quantités de graisse peuvent être greffées. Le taux de prise de greffe est également amélioré (jusqu'à 90%). Dans certains cas, votre chirurgien vous proposera d'avoir recours au BRAVA.

brava en place

lipomodelage des seinsCette technique consiste à prélever la graisse par liposuccion dans les zones où elle est en excès et à la réinjecter dans les seins.

La graisse réinjectée ou greffée doit être préalablement purifiée par centrifugation, par filtration ou par décantation.
Toutes les étapes ont lieu au cours de la même intervention (prélèvement, purification, ré-injection).

Une partie de la graisse réinjectée va disparaître au cours des premiers mois suivant l'intervention de sorte que le taux de graisse qui persiste varie entre 50 et 70 %. Cela signifie que l'on doit réinjecter plus de graisse qu'il n'en faudrait théoriquement pour atteindre le volume désiré (par exemple, pour obtenir une augmentation de 100 ml, il faut réinjecter environ 150 ml).

Pour obtenir un gain de volume important, il faut donc disposer d'un "stock" de graisse suffisant et parfois réaliser plusieurs séances de lipomodelage à plusieurs mois d'intervalle.
Le résultat, une fois passée la phase de résorption partielle de la greffe, est définitif. Toutefois, en cas de variation de poids significative, le volume des seins suivra cette variation.

L'avantage de cette technique est le caractère naturel et définitif des injections de graisse. Les cicatrices sont négligeables. De plus, la patiente bénéficie dans un même temps opératoire d'une amélioration esthétique des seins et de la silhouette. Enfin, la graisse améliore la qualité de la peau.

Au niveau des seins, les indications idéales de cette méthode sont :

  • l'amélioration du décolleté ;
  • les augmentations de volume modérées ;
  • les corrections de défauts ou imperfections après augmentation par prothèses (plis ou vagues de la prothèse, cicatrices invaginées,…) ;
  • les corrections d'asymétries et de malformations (syndrome de Poland, seins tubéreux).

Cette technique ne peut cependant pas se substituer à toutes les indications de chirurgie d’augmentation mammaire et les implants gardent leur place dans l’arsenal thérapeutique.

Les cicatrices induites par le lipomodelage sont presque inexistantes et se limitent à plusieurs incisions de 1 à 3 mm au niveau des seins et des zones de prélèvement de la graisse.

L'intervention se déroule sous anesthésie générale et dure entre 1h et 3h en fonction des quantités de graisse manipulées.
La durée d'hospitalisation est de 24h.

Les risques de complications et la douleur post-opératoire sont identiques à ceux occasionnés par une liposuccion classique.

Questions fréquentes

Les injections de graisse dans le sein augmentent-elles le risque de développer un cancer du sein ?

Non.

Il n’existe, à ce jour, aucun élément scientifique probant permettant de penser que le transfert de graisse pourrait favoriser l’apparition d’un cancer du sein.

En revanche, il n’en empêchera pas la survenue, si celui-ci devait apparaître. La patiente a en effet son propre risque de survenue d’un cancer du sein, qui dépend notamment de son âge (risque évalué à un risque sur 218 avant 40 ans, et un risque sur 40 entre 50 et 59 ans), de ses antécédents familiaux, de sa densité mammaire.

Ainsi, toutes les précautions doivent être prises pour limiter le risque de coïncidence entre la survenue d’un cancer et le lipomodelage (bilan strict fait avant l’intervention de lipomodelage par un radiologue spécialisé en imagerie du sein et bilan strict à 1 an par le même radiologue). Dans cet esprit, la patiente demandant un lipomodelage des seins, s’engage à faire réaliser le bilan pré-opératoire d’imagerie du sein (mammographie et/ou échographie selon l'âge) et surtout s’engage à faire réaliser un examen clinique de contrôle ainsi que les examens de référence (mammographie et/ou échographie) à 1 an.

Les injections de graisse dans le sein diminuent-elles la qualité des mammographies ?

Non, au contraire.

Comme dans toute chirurgie du sein, esthétique ou non (exérèse de tumeur bénigne ou maligne, chirurgie de réduction mammaire, plastie d’augmentation...) des calcifications peuvent apparaître (liées à la cicatrisation tissulaire). Ces calcifications (macro et microcalcifications) sont cependant différentes de celles observées dans les cancers du sein, et ne posent pas de problèmes de diagnostic pour les radiologues expérimentés.

En outre, les techniques modernes de transfert de graisse permettent une répartition harmonieuse de la graisse, rendant le risque de formation de kyste huileux ou de mauvaise prise (cytostéatonécrose) plus limité.
Actuellement, on peut considérer qu’un lipomodelage du sein, fait selon les règles de l’art par un chirurgien plasticien expérimenté dans ce domaine, n’entraine pas de difficulté diagnostique particulière pour un radiologue expérimenté en imagerie du sein.

Peut-on encore allaiter après des injections de graisse ?

Oui. Les grossesses et l'allaitement restent possibles mais peuvent altérer le résultat.
Un délai de 6 mois est recommandé avant ou après l'intervention.

Que se passe-t-il en cas de forte variation de poids ?

La graisse injectée au niveau du sein va suivre les variations de poids. En cas de prise de poids importante, la poitrine grossit ; à l'inverse, en cas de perte de poids, son volume diminue. Les faibles variations de poids n'ont pas d'incidence visible.

De combien de bonnets peut-on augmenter la taille de la poitrine avec la technique de lipomodelage ?

Une séance réalisée selon la technique classique permet une augmentation de 1 bonnet environ (une fois le résultat stabilisé).

Pour une augmentation de volume plus importante, il faudra :

- soit multiplier le nombre de séances espacées de 3 à 6 mois.

- soit utiliser le système Brava.

- soit combiner un lipomodelage et la mise en place d'un implant mammaire (l'injection de graisse permet dans ce cas de bien camoufler les prothèses mammaires.

 

En janvier 2015, la Haute Autorité de Santé (HAS) a émis des recommandations encadrant la pratique du lipomodelage des seins en chirurgie esthétique ou reconstructrice, autorisant ainsi sa réalisation quel que soit l'âge des patientes sous réserves du respect de certaines modalités que vous exposera votre chirurgien plasticien. Lire le rapport de la HAS.

Auteur :
Spécialiste en chirurgie esthétique - Antibes
Mise à jour : 16-08-2015

Reproduction : tous les textes et images de ce site sont la propriété du docteur Laveaux et protégés à ce titre par la législation relative aux droits de propriété intellectuelle.
Les reproductions, même partielles, des textes sont autorisées à la condition expresse de citer son auteur (Docteur Christophe Laveaux) avec un lien direct sur l'article cité.

Partagez l'article

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte la charte HONcode.
Vérifiez.