Chirurgie esthétique du sein
Gynécomastie (seins chez l'homme)

Une gynécomastie se caractérise par la présence de seins visibles chez l'homme

La glande mammaire est normalement présente chez l'homme à l'état de bourgeon imperceptible.

Cette glande mammaire peut se développer et aboutir à la formation d'un sein plus ou moins gros chez l'homme, appelé gynécomastie. Une gynécomastie peut être unilatérale ou bilatérale. Elle forme une masse ferme, sensible à la palpation et centrée sur l'aréole.
Une adipomastie (accumulation de graisse au niveau du sein) peut s'y associer, on parle alors d'adipo-gynécomastie.

La présence de seins chez l'homme, en particulier au moment de l'adolescence, est mal vécue et entraîne une baisse de l'estime de soi avec un retentissement sur la vie sociale, affective et sexuelle.

Plusieurs maladies ou dérèglements hormonaux peuvent être à l'origine de gynécomasties. C'est pourquoi un bilan est toujours effectué à la recherche d'une cause dont le traitement entrainera la régression plus ou moins complète de la gynécomastie.

Il faut noter qu'une gynécomastie transitoire est fréquente au moment de la puberté, elle disparaît spontanément en quelques mois.
En pratique, dans la majorité des cas, aucune cause n'est retrouvée. On parle alors de gynécomastie idiopathique dont le traitement est chirurgical.

Principe de l'intervention 

Le chirurgien doit diminuer le volume mammaire soit par lipoaspiration en cas de gynécomastie graisseuse soit en retirant le tissu glandulaire en passant par une incision située autour de l'aréole (mastectomie sous-cutanée) en cas de gynécomastie glandulaire. Souvent, le chirurgien combine ces 2 méthodes.

Concernant l'excès de peau, si celui-ci est modéré et que la peau est de bonne qualité, la rétraction naturelle de cette dernière permettra de faire disparaître spontanément l'excès cutané en quelques mois.
Dans les cas où la rétraction seule ne suffit pas, le chirurgien devra retirer la peau en excès au prix d'une cicatrice plus grande. Cette résection de peau se fera soit au cours de la même intervention que la diminution de volume, soit dans un second temps.

L'anesthésie est une anesthésie générale (rarement) ou une anesthésie locale "aidée" (diazanalgésie) en fonction de l'importance de la gynécomastie.

La durée de l'intervention varie de 45 minutes pour une liposuccion isolée à un maximum de 2 heures en cas de geste plus complexe.

La durée d'hospitalisation varie de plusieurs heures (ambulatoire) à 24 heures.

Suites post-opératoires 

L'intensité de la douleur est variable, s'assimilant à des courbatures. Elle est calmée par des antalgiques adaptés. La douleur diminue rapidement après les premiers jours.

Des oedèmes (gonflement), des ecchymoses (bleus) et une gêne à l'élévation des bras sont fréquents les premiers temps.
La cicatrisation complète est obtenue en 2 à 3 semaines.
Les pansements étant semi-perméables, les douches sont donc autorisées.
Des plaques autocollantes souples spéciales devront être appliquées sur les cicatrices pendant 2 à 3 mois afin d'améliorer leur aspect.

Le port d'un vêtement de contention (boléro) est recommandé pendant 1 mois jour et nuit pour faciliter la rétraction de la peau.
La vie professionnelle peut être reprise entre 5 jours et 3 semaines post-opératoires en fonction du métier.
La reprise des activités sportives se situe à 1 ou 2 mois.

Résultat 

L'amélioration est souvent immédiatement visible. Un délai de 1 à 3 mois est nécessaire pour obtenir le résultat définitif (résorption de l'oedème, rétraction cutanée).

Dans certains cas, si l'excès de peau n'a pas été retiré d'emblée et si la rétraction spontanée de la peau est jugée insuffisante, une exérèse de la peau en trop peut être proposée à au moins 6 mois de l'intervention initiale.

Les cicatrices sont quasi-inexistantes en cas de liposuccion isolée, situées autour de l'aréole en cas de mastectomie sous-cutanée, ou plus visibles en cas de retrait d'excès de peau.
Il faut patienter environ 1 an avant que les cicatrices arrivent à maturité et se fassent plus discrètes.

Risques de complications 

Comme pour toute intervention chirurgicale, un certain nombre de complications peuvent survenir. Mais la probabilité de survenue de ces complications est réduite entre les mains d'un chirurgien plasticien qualifié et en présence d'un anesthésiste compétent.
L'observance par le patient des consignes données par le chirurgien est également essentielle, notamment :

  • l'arrêt du tabac 1 mois avant et après l'intervention (diminution de tous les risques) ;
  • l'absence de prise d'aspirine pendant 10 jours avant et après l'intervention (diminution des risques d'hématomes).

Dans la grande majorité des cas, les suites sont simples après une cure de gynécomastie.

Parmi les complications rares mais possibles, on peut citer notamment, sans exhaustivité, les risques d'hématome, d'infection, de problème cicatriciel et de complications thrombo-emboliques (phlébite). 

En cas de survenue d'une complication, une prise en charge adaptée sera mise en oeuvre.

Prise en charge par l'assurance maladie 

S'agissant d'un acte à visée purement esthétique, aucune prise en charge n'est accordée par l'assurance maladie.
Dans certains cas, un remboursement partiel du coût de l'intervention pourra être envisagé.

 

Auteur :
Spécialiste en chirurgie esthétique - Antibes
Mise à jour : 16-08-2015

Reproduction : tous les textes et images de ce site sont la propriété du docteur Laveaux et protégés à ce titre par la législation relative aux droits de propriété intellectuelle.
Les reproductions, même partielles, des textes sont autorisées à la condition expresse de citer son auteur (Docteur Christophe Laveaux) avec un lien direct sur l'article cité.

Partagez l'article

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte la charte HONcode.
Vérifiez.